L'ancienne rue d'Autriche (1er arrondissement)

Toutes les rues par arrondissement :                                                               


   Origine/histoire de la rue


Topographie historique du vieux Paris. Région du Louvre et des Tuileries - Tome 1, Adolphe Berty, 1885


La rue d'Autriche commençait au quai de l'Ecole et finissait à la rue Saint-Honoré.

Le premier nom qu'elle ait porté paraît provenir d'un individu, qui, possédant une maison en cet endroit, aurait été originaire du duché d'Autriche (nous avions d'abord pensé que cette appellation pouvait venir d'un individu qui aurait été connu sous le nom de l'Hôte riche (Hospes dives); mais nous avons écarté cette première hypothèse). Elle est énoncée, dans diverses chartes, vicus qui vocatur Oteriche en 1252, Oterriche en 1254, Hoteriche en 1255, Hoste-riche en 1260, et encore en 1342 et 1373. Mais, comme pour nombre d'autres rues, le sens de l'appellation primitive a fini par s'obscurcir, et, à la place d'un mot qu'on ne comprenait plus, on en a employé deux autres dont la signification, très différente, était du moins claire pour tout le monde. On a ainsi écrit successivement rue d'Osteriche (1364), d'Autheriche (1378), d'Auteriche (1390), d'Autruche (1421), d'Autriche (1519), d'Aultruche (1596), de l'Autruche (1580, 1627), et enfin rue d'Autruche, dicte du Louvre, en 1568, puis rue du Louvre en 1600.

On a continué à dire rue du Louvre jusque vers 1664, époque où une moitié de la rue fut supprimée pour l'agrandissement du palais, et l'autre moitié, celle du nord, prit le nom de rue de l'Oratoire, à cause de la congrégation qui s'y établit en 1616. Au XVIIIe siècle, la rue d'Autruche, qui nous trouvons encore appelée rue de l'Autruche en 1732, devint une impasse, car elle fut fermée, à l'extrémité voisine du Louvre, par une clôture qui disparut lorsqu'on commença à aligner les abords du château de ce côté, en vertu de lettres patentes du 26 décembre 1758. La rue de l'Oratoire, de nouveau raccourcie par le percement de la rue de Rivoli, a été élargie jusqu'à douze mètres par un décret du 3 mai 1854: elle n'avait anciennement qu'environ deux toises et demie de largeur.

Au commencement du XVIe siècle, la rue d'Autriche, dans la partie la plus rapprochée de la rue Saint-Honoré, renfermait plusieurs mauvais lieux, auxquels il est fait allusion dans les "lettre royaux" dont il sera question plus loin. Rabelais cite, entre autres, les "lupanares de Bourbon" (dans Pantagruel).

   Toutes les anciennes rues du 1er arr.

 

Suivez parisrues.com sur:

Suivez Paris_rues sur Twitter
Suivez parisrues.com sur Facebook