Suivez parisdantan sur Facebook

Suivez Paris_rues sur Twitter

Suivez parisrues.com sur Pinterest


La rue Royale d'antan - 75008




rue Royale - Paris 8ème

La rue Royale, vers 1860-1870. Une photo de Ferrier et Soulier.

 



rue Royale - Paris 8ème

Les restes des barricades de la Révolution de 1848 dans la rue Royale. On voit la place de la Concorde et l'Obélisque au loin. Une photo de Hippolyte Bayard (© Société Française de Photographie, Paris).

 

 

rue Royale - Paris 8ème

La rue Royale après les combats et les incendies de la Commune, en mai 1871 (photo anonyme).

 

rue Royale - Paris 8ème

La rue Royale vue depuis les marches de la Madeleine, après les combats de mai 1871. Une photo de © Bruno Braquehais.

 

 

Royale (rue) - va de la place de la Concorde, 2 à la place de la Madeleine, 2 (8ème arrondissement, 282 m.)

Cette rue fut percée en 1757, pour donner accès à la place Louis XV aujourd'hui place de la Concorde, et reçut alors le nom de rue Royale-des-Tuileries, pour la distinguer des autres rues Royales, existant dans Paris. En 1792, elle fut appelée rue de la Révolution, puis de 1800 à 1814 rue de la Concorde. En 1830, elle reprit son ancien nom.

Au 1, Cercle de la rue Royale, fondé en 1852. L'ingénieur Philippe de Girard inventeur de la machine à filer le lin mourut dans cette maison en 1823. Au 2 est le Ministère de la Marine, construit en 1760 sur les plans de l'architecte Gabriel, pour servir à la décoration de la place de la Concorde. Ce fut longtemps le garde-meubles de l'Etat. C'est là que furent gardés les Diamants de la Couronne, dont quelques-uns furent vendus aux enchères le 12 mai 1887, par ordre des Domaines, ceux connus comme ayant une valeur artistique comme le Régent ont été conservés et figurent au Louvre (galerie d'Apollon). Le premier diamant taillé fut porté par Charles le Téméraire; c'est un gentilhomme de Bruges, Louis de Berquem qui avait trouvé le sécret de la taille du diamant. Sur les murs du Ministère de la Marine se voit l'inscription Loix et actes de l'Autorité publique.

Madame de Staël est morte le 14 juillet 1817 au n° 6. Les hôtels Coislin et Crillon qui font l'angle de cette rue et de l'avenue Gabriel, place de la Concorde sont également dus à Gabriel. Au 23, est la Congrégation Chapel.

Sur le plan de Lacaille en 1713, la partie entre la place de la Concorde et la rue Saint-Honoré est nommée rue des Fossés-des-Tuileries. Entre la rue Saint-Honoré et le boulevard de la Madeleine, c'était la rue du Rempart. A l'angle de la rue Saint-Honoré et de la rue Royale, avant d'arriver au faubourg Saint-Honoré alors faubourg du Roule, était la porte Saint-Honoré, construite de 1631 à 1633, lors de l'agrandissement de l'enceinte sous Louis XIII; elle remplaçait l'ancienne porte située primitivement près la rue des Pyramides. Elle était construite en briques et moellons du même genre que le pavillon.

Nouveau Dictionnaire Historique de Paris, Gustave Pessard, 1904

 

rue Royale - Paris 8ème

La rue Royale en direction de la place de la Concorde, vers 1900 (photo anonyme).

 

rue Royale - Paris 8ème

La terrasse du célèbre Maxim's, au n° 3 de la rue Royale, vers 1900 (photo © Keystone)

 

rue Royale - Paris 8ème

La rue Royale vers 1900.

 

rue Royale - Paris 8ème

"Allez, circulez..." Un flic parisien au carrefour de la place de la Concorde et de la rue Royale, vers 1947.

 

rue Royale - Paris 8ème

La rue Royale photographiée le 27 juin 1948 par © Ed Kanouse.

 

rue Royale - Paris 8ème

Coup de vent dans la rue Royale, en 1949. Une photo de © Robert Doisneau.

 

rue Royale - Paris 8ème

La rue Royale en direction de la Madeleine, vers 1950.

 

rue Royale - Paris 8ème

L'animation de la rue Royale vers 1950. Une photo de © Noël Le Boyer.

 

rue Royale - Paris 8ème

La rue Royale, un jour banal vers 1960.

 

rue Royale - Paris 8ème

En traversant la rue Royale... vers 1960.

 

rue Royale - Paris 8ème

La rue Royale vue depuis la place de la Concorde, en 1962.