avenue de Wagram (8ème et 17ème arrondissement)

Toutes les rues par arrondissement :                                                               




   Origine/histoire de la rue


Numéros impairs et 48-fin : 17ème arrondissement
Numéros 2-46 : 8ème arrondissement

L'avenue a d'abord été ouverte le 16 janvier 1789, entre la rue de Tilsitt et la rue du Faubourg-Saint-Honoré puis le 13 août 1854, entre la place de l'Étoile (rebaptisée place Charles-de-Gaulle) et la rue de Tilsitt.

L'avenue a été dénommée ainsi le 2 mars 1864. Précédemment c'était le boulevard de l'Étoile ou boulevard de Bezons entre l'avenue des Ternes et la place Charles-de-Gaulle et Route départementale no 6 entre l'avenue des Ternes et la place de Wagram.

Son nom vient de la bataille de Wagram, victoire de la Grande Armée française sous le commandement de Napoléon Ier sur l'armée autrichienne, le 6 juillet 1809.

  Découvrez cette avenue en vieilles photos

 


avenue de Wagram - agrandir le plan

 

   Choses à voir, à faire


 
34 - Céramic Hôtel (Jules Lavirotte, architecte) (1904)

Autour des années 1900, beaucoup d’architectes utilisent à Paris le langage naturaliste de l’Art nouveau, mettant en œuvre l’asymétrie et les ressources ornementales de la ligne courbe et des motifs végétaux. Jules Lavirotte, l’architecte le plus exubérant de cette tendance, construit ici un hôtel qui s’appelait à l’origine Logiluxe parisien destiné aux touristes qui souhaitent séjourner à proximité de l’Étoile sans avoir les moyens de s’offrir un palace. Il utilise le béton et commande à Alexandre Bigot un revêtement de grès dont il fait le thème central du bâtiment. Les briques vernissées et les sculptures de Camille Alaphilippe ornent la façade animée également par le jeu des bow-windows et des balcons, "prémices (pour certains) de l’architecture moderne". Lauréat du concours de façade de 1905, les façades et toitures sont inscrites à l’inventaire des Monuments historiques depuis 1964 (© Archi-Bus, RATP, 2010).

 
37 - Hôtel Renaissance Arc de Triomphe (Atelier Christian de Portzamparc, architecte, Régis Guignard, paysagiste) (2008)

Après de nombreuses transformations, le théâtre de l’Empire construit en 1894 n’avait plus d’intérêt architectural. Salle de concert, music-hall, studio télé, une explosion en 2005 le rend inutilisable. Sa démolition permet de restructurer la parcelle sur toute sa profondeur. Un hôtel de 118 chambres est construit et la salle Wagram protégée au titre des Monuments historiques, entièrement rénovée. Comme lors de sa construction en 1865, l’accès visible depuis la rue est rétabli. Un vaste porche conduit à un jardin intérieur qui suit la dénivellation du terrain. L’hôtel est composé de deux corps de bâtiments. La façade spectaculaire de l’avenue de Wagram est entièrement constituée de vitrages courbes qui ondulent suivant une onde différente à chaque étage et intègrent une sérigraphie opalescente qui joue avec la lumière. Ce tressage de verre forme des bow-windows intérieurs ouvrant des perspectives vers la place Charles-de-Gaulle et les Ternes. Cette alternance de courbes et contrecourbes a nécessité de nombreux ajustements pour atteindre la finesse de menuiserie souhaitée par Christian de Portzamparc (© Archi-Bus, RATP, 2010).

 

Suivez parisrues.com sur:

Suivez Paris_rues sur Twitter
Suivez parisrues.com sur Facebook