quai aux Fleurs (4ème arrondissement)

Toutes les rues par arrondissement :                                                               




quai aux Fleurs - Paris 4e


   Origine/histoire du quai


Anciennement, quai Napoléon (1804), quai de la Cité (1816) et quai Napoléon (1834). Avant 1929, le quai aux Fleurs s'étendait jusqu'à la rue de la Cité : à cette époque on a donné le nom de quai de la Corse à la partie du quai aux Fleurs comprise entre la rue d'Arcole et la rue de la Cité.

  Découvrez ce quai en vieilles photos

 


quai aux Fleurs - agrandir le plan

 

Quai aux Fleurs - Date du premier Empire et s'appela quai Napoléon. A l'angle delà rue de la Cité se trouvait l'église Saint-Denis-de- la-Châtre, et à l'angle de la rue d'Arcole se trouvait l'église Saint-Landry. Les travaux de 1865 ont fait disparaître l'ancienne rue du Port-Notre-Dame, jadis rue de l'Image-Sainte-Catherine, qui allait de la rivière à la rue des Marmousets. La rue de Glatigny a également disparu à cette époque.

Quai de la Cité - Construit en 1785 sur l'ancien Port aux Oeufs. Quai de Breteuil (1788). Quai Desaix (1806). Nom actuel en 1873. Dans les travaux du Métropolitain en 1906 on a découvert les restes du quai précédent. Cet ancien quai était longé jadis par la rue de la Pelleterie dont toutes les maisons avaient leur arrière-façade penchée d'aplomb sur le fleuve. Ces maisons, condamnées sous Louis XVI, ne disparurent que sous le Consulat. Le marché aux Oiseaux, qui avait été fondé en 1861 dans la cour du Marché-Saint-Martin, fut transféré quai de la Cité en 1881.

Le marché aux Fleurs est de 1809. Les fouilles occasionnées par les travaux du Métropolitain en 1906, sur l'emplacement du marché aux Fleurs, ont fait reconnaître l'existence de deux grands murs à peu près parallèles à la Seine, et coupés par un troisième. Ces murs n'appartiennent pas au rempart de Lutèce qui passait un peu plus loin vers la Seine. Ils sont de l'arrière basse époque mérovingienne et faisaient sans doute partie d'un vaste édifice construit postérieurement à l'incendie de 585, probablement sous Dagobert. On a découvert également en cet endroit, en 1900 et 1907, des stèles, des inscriptions, des chapiteaux, des fûts de colonne, des monuments funéraires, etc.

(Promenades dans toutes les rues de Paris - 4ème arrondissement, Marquis de Rochegude, 1910)

   Choses à voir, à faire


   
1 - Plaque : "Edmond Fleg, poète, dramaturge, romancier, a vécu 56 ans dans cette maison, de 1908 jusqu'à sa mort, le 15 octobre 1963."

 
   
1 - Plaque :"Dans cette maison a vécu de 1938 à sa mort, à l'exception des années de guerre passées dans la clandestinité, Vladimir Jankélévitch, philosophe, 1903-1985. "Celui qui a été ne peut plus désormais ne pas avoir été : désormais ce faut mystérieux et profondément obscur d'avoir vécu est son viatique pour l'éternité." V. Jankélévitch, "L'Irréversible et la Nostalgie"."
 
   
3 - Plaque : "Yvonne Netter, avocate, militante féministe, journaliste, résistante, internée, évadée, habita et aima cette maison du 4 octobre 1911 au 30 août 1985.

quai aux Fleurs - Paris 4e

  Toutes les plaques du 4ème arrondissement

 
   
5 - Plaque : "Le poète Edmond Harauncourt, né à Bourmont (Haute-Marne) en 1856, est mort dans cette maison le 17 novembre 1941."

quai aux Fleurs - Paris 4e

Il est enterré au cimetière du Père-Lachaise, division 89.

 
   
5 - Plaque : "René Coty, président de la République 1954-1959, a habité cette maison avec son épouse Germaine Corblet d'octobre 1936 au 16 janvier 1954."

quai aux Fleurs - Paris 4e
 
   
9 - Plaque : "Ancienne habitation d'Héloise et Abélard. Rebâtie en 1849."

 

Suivez parisrues.com sur:

Suivez Paris_rues sur Twitter
Suivez parisrues.com sur Facebook



LaFourchette_web_160x600