rue Saint-Florentin (1er et 8ème arrondissement)

Toutes les rues par arrondissement :                                                               




   Origine/histoire de la rue


Le nom de la rue fait référence à Louis III Phélypeaux, comte de Saint-Florentin (18 août 1705 - 27 février 1777), ministre et secrétaire d'Etat, qui y avait fait construire un hôtel. Elle reçut son nom par un arrêt du Conseil du Roi du 11 mars 1768.

 


rue Saint-Florentin - agrandir le plan

 

 

   Choses à voir, à faire


 
2 - L'hôtel de Saint-Florentin

 

"Ouverte en 1640, on l'appelait impasse ou cul-de-sac de l'Orangerie, parce qu'elle servait uniquement de réserve aux orangers des Tuileries. - En 1730, elle appartenait moitié à l'Etat, moitié au célèbre financier Samuel Bernard, qui l'avait achetée pour y faire construire des hôtels, et proposait de la dénommer rue de Bourgogne. Ce Samuel Bernard, qui avait, grâce à son énorme fortune acquis tous les titres de Chevalier de Saint-Michel, Comte de Coubert, "Seigneur de Vitry, Cuignes et autres lieux", qui était conseiller et secrétaire du Roi, mourut à 88 ans, laissant une fortune supérieure à quarante millions. En 1768, elle devint rue Saint-Florentin, en l'honneur du ministre Philippeaux, comte de Saint-Florentin et duc de la Vrillière, qui s'y fit construire le bel hôtel situé au 2. C'est sur lui, qu'on fit cette épigramme, en guise d'épitaphe "Ci-gist un petit homme à l'air un peu commun. Ayant porté trois noms, il n'en laissa aucun".

Cet hôtel bâti en 1707 par Chalgrin, devint en 1775, la propriété du duc de Fitz James, qui le vendit en 1787 à la duchesse de l'Infantado. Pendant la Révolution, séquestré et transformé en manufacture de salpêtre, le prince de Talleyrand l'acheta et y reçut en 1814 l'empereur Alexandre. Il y mourut le 28 mai 1838. Le grand Carnot y avait demeuré en 1793. Il appartient aujourd'hui au baron Arthur de Rothschild. Une partie de cet hôtel a disparu en 1854, avec le percement de la rue de Rivoli.

Le 7 a appartenu au duc de Morny et le 9 au maréchal de Ségur. - Le 11 est l'hôtel de Chiverny. - Au 12, marchand de vins à l'enseigne du Saint-Esprit. En 1871, les fédérés de la Commune de Paris avaient construit à l'angle de cette rue et de la rue de Rivoli, une formidable barricade construite sur les plans de Gaillard père qui dernièrement mourut concierge d'une maison du passage des Petits-Pères, aujourd'hui démolie."

Nouveau Dictionnaire Historique de Paris, Gustave Pessard, 1904

 

rue Saint-Florentin - Paris 1er

La rue Saint-Florentin vue de la rue de Rivoli
© Mbzt - 08/2011

Suivez parisrues.com sur:

Suivez Paris_rues sur Twitter
Suivez parisrues.com sur Facebook