rue de Rohan (1er arrondissement)

Toutes les rues par arrondissement :                                                               




   Origine/histoire de la rue


Cette rue ouverte en 1780, sur lettres patentes du 16 décembre 1779, reçut le nom du cardinal Louis René Édouard de Rohan (Paris, le 25 septembre 1734 - Ettenheim, le 17 février 1803), grand aumônier de France et administrateur de l'hôpital des Quinze-Vingts, sur l'emplacement duquel cette rue fut ouverte. De 1796 à 1815, la rue s'appela rue du Général-Marceau.

Il existe une cour de Rohan dans le 6ème arrondissement.

 


rue de Rohan - agrandir le plan

 

"Créée en 1779, sur l'emplacement de l'ancien Hospice des Quinze-Vingts, transféré à cette époque au 58 de la rue de Charenton dans l'Hôtel des Mousquetaires noirs, elle prit le nom de Rohan. De 1796 à 1815, elle fut désignée sous celui de rue du Général-Marceau tué à 27 ans dans un combat près d'Altenkirchen (Autriche).

Le cardinal Louis-Edmond-René de Rohan-Guemenée, grand aumônier de France, directeur de l'hospice des Quinze-Vingts (l784-1803) fut compromis à son insu dans l'affaire du Collier de la Reine, ce fameux collier de diamants de l.600.000 francs, que Mme de la Motte avait acheté chez Boëhmer et Bossange, joaillier du quai de Conti au nom du cardinal et qu'il voulait offrir à Marie-Antoinette. Mais la reine l'ayant refusé, Mme de la Motte garda le collier sans en prévenir le cardinal et le vendit pierre par pierre. Naturellement la facture ne fut pas payée, les joailliers vinrent réclamer à Marie-Antoinette, et tout fut découvert. Mme de la Motte et le cardinal furent arrêtés, ainsi que les comparses de cette extra-ordinaire intrigue qu'Alexandre Dumas s'est plu à raconter tout au long dans son intéressant roman Le Collier de la Reine.

La rue de Rohan se prolongeait (avant la création de la rue de Rivoli ) jusqu'au milieu de la place du Carrousel ; elle a été diminuée d'abord sous le Consulat puis en 1852, pour la continuation de la galerie septentrionale du Louvre. – C'est dans cette rue qu'en 1830, à la Révolution de Juillet fut tué Georges Farey, ancien élève de l'Ecole Normale.

Nouveau Dictionnaire Historique de Paris, Gustave Pessard, 1904

 

   Choses à voir, à faire


Suivez parisrues.com sur:

Suivez Paris_rues sur Twitter
Suivez parisrues.com sur Facebook